Culture : FESTIVAL ANDALOU DE KOLÉA Beihdja Rahal à la rencontre du Maghreb

30 mars 2010

Mus.andalouse


A Koléa, la ville de Sidi Embarek, le premier Festival culturel maghrébin de musique andalouse se poursuit.

Après la soirée inaugurale de lundi, où le maître Sid- Ahmed Serri était l’invité d’honneur, c’était au tour de Beihdja Rahal d’animer, en première partie, la soirée suivante. Sous la direction du soliste et chef d’orchestre émérite Zerrouk Mokdad, et accompagnée de l’Ensemble régional de musique andalouse d’Alger (ERA), Beihdja Rahal a interprété la nouba Sika, devant une assistance très nombreuse. Très applaudie sous le chapiteau en lumière, d’une voix au velouté toujours assuré, la musicienne a chanté cette nouba, réminiscence de l’âge d’or andalou et dont elle a déjà enregistré des variations. Au talent confirmé, et accompagné par des musiciens brillants, l’interprète a été ovationnée et a reçu des hommages appuyés des autorités locales de la wilaya de Tipasa. Un récital qui fut aussi l’occasion d’une osmose entre la çanaâ de l’école d’Alger et l’inchad et le gharnati marocain. Des styles différents d’un patrimoine musical commun dont les artistes Baha Ronda et Abdeslam Sefiani, qui ont animé la seconde partie du récital, ont agréablement bercé l’auditoire. Une soirée où Beihdja Rahal, ravie, dira-t-elle à l’issue de son récital, est allée à la rencontre du Maghreb. Ou la rencontre entre les voix féminines du Maroc mais aussi de la Tunisie dont une jeune interprète du malouf, Syrine Benmoussa, accompagnée par l’orchestre de Testour, a animé conjointement avec le talentueux musicien algérien Fouad Didi et l’ensemble Tarab de Marseille, la soirée de mercredi. Cette quête vers le Maghreb andalou, la fusion avec le flamenco, l’autre grande artiste algérienne Lamia Maâdini l’a poursuivie jeudi soir, en compagnie de l’ensemble espanomarocain Orchesta Chekara Flamenco de Grenade.
Chérif Bennaceur

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/03/29/article.php?sid=97814&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “Culture : FESTIVAL ANDALOU DE KOLÉA Beihdja Rahal à la rencontre du Maghreb”

  1. Med MIDJOU Miliana Dit :

    Le chapiteau déserté de son effervescence humaine,les instruments rangés momentanément,l’heure à présent est aux commentaires et le constat à l’actif des mélomanes qui ont apprécié ou ont eu vent de réussite en qualité et en organisation de ce premier festival andalou maghrébin dont Koléa était la capitale.

    Annoncée comme maghrébine, cette rencontre s’apparente en vérité à un regroupement méditerranéen par la présence des Ibères, venus se fondre dans l’allégresse des soirées classiques arabo-musulmanes. Une aubaine pour dire que ce RCV artistique de pays frères véhicule une pensée à la mémoire des Maures, revenus d’Espagne dans la précipitation, porteurs malgré tout, d’un précieux trésor auquel nous nous identifions présentement,et pour lesquels nous leur devons aujourd’hui cette embrassade poignante et respectueuse.

    Nous adressons nos vives et chaleureuses félicitations à la ministre de la culture,au commissaire du festival, ses collègues,les organisateurs,l’autorité locale, le public et tous les artistes pour leur détermination à vouloir assurer le bon spectacle, témoin,l’enthousiasme démesuré, généré tout le long de la manif dont la presse s’en est allée élogieusement.

    Bien plus que le sport ou autre créneau rassembleur des grandes foules, cette musique charmeuse, unificatrice des rangs aura étalé une fois encore son pouvoir magique dans le brassage des cultures et le rapprochement des peuples permettant au public de savourer langoureusement les diverses mélodies entonnées et exécutées magistralement par des professionnels de renom arrivés de tous les horizons, rehaussant par leur dextérité et leur prouesse, cette ambiance festive.

    Nous ne manquerons pas également de signaler notre sentiment de satisfaction de voir naître à l’échelle Wilaya -Tipaza- la troupe pilote composée des associations de Koléa et Cherchell, dirigée par le maestro Mokded, entités musicales respectables que nous avons eu l’honneur de cotoyer régulièrement lors des échanges locaux et nationaux.

    Salutations Milianaises fraternelles et amicales de Zyria, El-Youssoufia, El-Andalybia, Annassers El-Andalous en espérant que cette expérience puisse constituer un déclic de concorde ou le sentiment de discorde ailleurs déshonnore le milieu

Laisser un commentaire

salsamigos |
maeva peace and rock |
Joutes Aveyronnaises de Mus... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | taourirt-city
| Mes musiques /Mes vidéos
| Charly's Neil's